HAARLEM


HAARLEM
HAARLEM

HAARLEM

Le site de Haarlem (population estimée à 149 500 hab. en 1991) rappelle celui de La Haye, au pied du cordon dunaire qui longe la côte de la mer du Nord, mais du côté interne, boisé et abrité des vents du large. Dès le XIe siècle, Haarlem est une des résidences de chasse préférées des comtes de Hollande. Son caractère distingué ne s’est pas démenti depuis lors; la beauté du site et la proximité d’Amsterdam attirent des résidents à revenu élevé qui vont chaque jour travailler dans la capitale. La présence d’un évêché catholique et le titre de chef-lieu de la province de Hollande-Septentrionale (Noordholland) rehaussent encore son prestige.

L’industrie a été d’abord attirée par la pureté des eaux filtrées dans les sables dunaires (brasseries, draperies), puis elle s’est diversifiée (industries de la chaussure, alimentaires, mécaniques, métallurgiques, chimiques, textiles, chantiers de construction navale, Haarlem étant reliée au canal de la mer du Nord). La proximité de la région bulbicole qui s’étend entre Haarlem et La Haye sur la retombée des dunes et les polders voisins désignait Haarlem comme centre de commercialisation et d’expédition des bulbes. Haarlem est par excellence la ville des fleurs; les expositions florales de Keukenhof et de Linnaeushof reçoivent en avril et mai de nombreux visiteurs néerlandais et étrangers. Ce rôle touristique est renforcé par le musée Frans-Hals et le musée Teyler, par le Parc national des dunes qui s’étend entre la ville et le littoral, par la station balnéaire de Zandvoort et son circuit automobile de classe internationale. Le voisinage de la capitale n’a donc pas empêché Haarlem d’avoir une riche gamme de fonctions urbaines.

Haarlem
v. des Pays-Bas, ch.-l. de la Hollande-Septentrionale; 148 740 hab. Cultures florales. Industries.
Musée Frans Hals.
Federico, fils du duc d'Albe, assiégea la ville et s'en empara (1572-1573).

Encyclopédie Universelle. 2012.